27 – La réalisation – partie 20: Faire une adaptation d’une BD vers un Turbomédia 4°partie

Faire une adaptation:

d’une BD vers un Turbomédia, 4°partie

.

La semaine dernière, j’ai commencé à explorer quelques théorie de construction d’un turbomédia lors du montage des cases, aujourd’hui je continue d’explorer les outils simples que j’ai à ma portée (que ce soit avec Skribble ou en faisant simplement attention à la narration).

 .

Axe de lecture:

Lors du montage des images, nous sommes parfois amenés à réfléchir à une disposition de cases qui créé un axe de lecture -comme dans la BD papier- et facilite l’immersion du lecteur dans l’action.  (voir l’image ci-dessous, le personnage lance quelque chose vers le haut, je vais donc placer les cases dans cette direction pour accompagner le mouvement du héros.)

17

.

Ou, encore une fois, prendre le contre-pied et jouer avec le placement des cases qui va accentuer un ressenti du héros.  l’axe de lecture devient un cercle au centre de l’image. (voir l’image ci-dessous, le coté désordonné des oursons est renforcé par l’apparition “aléatoire” des petites cases.)

18

 .

Inserts:

Mais parfois, ces images qui surgissent à l’intérieur d’une case peuvent aussi trouver leur place dans un élan plus proche de la persistance rétinienne: en remplaçant un élément alors que le reste ne change pas. L’effet “mouvement” est créé par l’action du lecteur de passer à l’écran suivant, la simple juxtaposition des images -avec peu de différences entre elles- provoque l’illusion(voir les images ci-dessous)

7

8

.

L’effet peut être renforcé par un simple objet remplacé par un autre. (un bras, une main, une tête, etc) (voir les images ci-dessous)

18

17

 .

Décomposition/recomposition:

Faire comprendre un ressenti ou une progression peut aussi se traduire en une seule case. Dans ce cas, la case peut être littéralement décomposée en petites unités, puis recomposée par le lecteur au fur-et-à-mesure de la lecture. (voir les images ci-dessous, je fais apparaître les oursons étape par étape, quand le lecteur passe les écrans.)

9

10

11

12

  .

Les effets de mouvement, simples.

Alors, évidemment, Skribble met à ma disposition des effets de mouvement de cases, simples mais pratiques. Ces effets doivent êtres utilisés avec parcimonie -soit- mais sans complexe: non-seulement ils dynamisent l’action, mais ils sont efficacement narratifs.

.

Le cache:

Pour ajouter un élément de surprise à une case, cacher une partie de celle-ci -et la dévoiler l’écran suivant- peut être très pratique et peu difficile à mettre en place. Parfois créer un mouvement à partir de celui-ci est même carrément un plus! (voir les images ci-dessous, je recréé un mouvement d’ouverture de porte en dévoilant petit à petit la case par un déplacement latéral d’un cache noir.)

1

2

Apparition des Onomatopées:

Un mouvement d’apparition spontanée peut ne pas se faire QUE avec des images, mais aussi avec des onomatopées! Une scène prends parfois “vie” grâce à un détail sonore. (voir les images ci-dessous: en un seul écran, je fais apparaître successivement les bruitages de “GNAP” .)

13

14

16

.

Translation de case:

L’effet de mouvement le plus simple lors d’une adaptation d’une BD papier en Turbomédia, reste la translation de case: déplacer lentement ou rapidement une case d’un point A vers un point B lorsque le lecteur passe à l’écran suivant. C’est très utile pour dévoiler des éléments, aller dans le sens d’un déplacement de personnage ou souligner un temps fort du récit. (voir les images ci-dessous.)

Ici, je bouge une case qui représente une goutte d’eau qui tombe dans l’eau. Ça symbolise un son en image:

3

.

Ici, je souligne la chute de l’enveloppe en déplaçant la case dans le sens de la chute:

4

 .

Les effets de transition:

Comme au cinéma, le Turbomédia ne propose plus de “tourner la page” pour permettre au lecteur de sauter d’une situation à une autre, d’un environnement à un autre: il doit donc utiliser des effets de transition pour symboliser les ellipses temporelles ou spatiales.

.

  • Le Fondu-enchaîné: suivant la vitesse qu’on lui donne, cet effet permet de donner de la douceur à un début ou fin de séquence. Il est aussi indiqué lors d’enchaînements de cases d’observation ou de contemplation. (voir l’image ci-dessous: le personnage pense tout haut en regardant ses amis s’éloigner. les apparitions de cases se font en fondu-enchaîné.)

6

.

  • Le Fade In/Fade Out: c’est ce qu’on appelle le “fondu au noir” et inversement. permet de débuter une séquence dans une montée progressive du rythme, ou de finir celle-ci avec une baisse de tension régulière.
  • Le volet (qu’il soit latéral ou horizontal): C’est une transition dans laquelle l’image B glisse sur l’image A, ou pousse celle-ci. (voir l’image ci-dessous: l’image du centre de commande pousse vers la droite celle du restaurant.)

5

.

 À suivre, dans la partie 5 de cet article.

.

Tous les écrans montrés dans cet article proviennent des Récits en turbomédia suivants:

Bravo, Jack par Hervé Créac’h

Starella par Eric Van Elslande

Ozville par Hassan Saber et Christophe Coel

L’Esprit d’Aventure par Hervé Créac’h

 La plateforme est accessible par le menu, en haut, “BD numériques” ou en cliquant ici.

Chaque semaine de nouveaux épisodes!

par défaut 2016-04-29 à 00.57.20

 

 

  • Facebook
  • Twitter
  • Google Plus
  • Add to favorites

Un commentaire sur “27 – La réalisation – partie 20: Faire une adaptation d’une BD vers un Turbomédia 4°partie

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *